Rééducation après un accident vasculaire cérébral - Comment faire les meilleurs progrès ?

Rééducation après un AVC : le facteur temps joue le rôle le plus important lors d'un AVC, afin de limiter les conséquences de l'AVC. Plus la personne concernée est aidée rapidement après l'apparition des premiers symptômes, plus les chances de survie et de réussite de la rééducation post-AVC sont élevées.

Contenu

Diagnostic

Le diagnostic posé par un spécialiste à l'hôpital permet de déterminer de quel type d'AVC il s'agit.

Il existe deux types différents d'AVC : l'occlusion thrombotique - un vaisseau sanguin bouché - et l'hémorragie intercérébrale, un saignement dans le cerveau.

L'occlusion thrombotique est également appelée accident vasculaire cérébral ischémique (blanc) et c'est le type d'accident vasculaire cérébral le plus fréquent. Il peut par exemple être dû à une calcification des vaisseaux (artériosclérose) ou à un caillot de sang (embole).

L'hémorragie intercérébrale, appelée accident vasculaire cérébral hémorragique (rouge), est plus rare.

Dans la phase aiguë du traitement, il s'agit principalement de limiter les dégâts et d'essayer de sauver la vie de la personne touchée et de protéger le cerveau autant que possible contre les séquelles. Le traitement qui suit vise à rétablir les fonctions de la personne touchée par l'AVC - ce qui se fait généralement au cours de la phase de rééducation.

Après que le médecin traitant a vérifié les fonctions vitales de la personne concernée et - si possible - s'est enquis des symptômes apparus précédemment, le neurologue compétent examinera la capacité de coordination de la personne concernée, sa capacité à parler, à voir et à toucher, ainsi que sa sensibilité au toucher, afin de pouvoir se faire une idée de son état actuel.

Il est suivi d'un scanner de la tête ou d'une IRM (imagerie par résonance magnétique), qui permettent tous deux de déterminer de quel type d'AVC il s'agit. Le scanner est généralement complété par une mesure de la circulation sanguine (perfusion par scanner) et une représentation des vaisseaux (angiographie par scanner).

En outre, un électrocardiogramme (ECG) est réalisé afin d'examiner le fonctionnement et les performances du cœur. L'examen est complété par des analyses sanguines de l'équilibre électrolytique, des valeurs rénales, du taux de glycémie, de la coagulation sanguine ainsi que de la formule sanguine, afin de confirmer l'apoplexie.

Électrocardiographie (ECG)

Traitement

limiter autant que possible les séquelles. Dans l'idéal, la personne concernée est traitée par du personnel spécialisé dans les AVC au sein de ce que l'on appelle des Stroke Units - un service spécialisé dans les AVC.

Les deux types d'AVC nécessitent des méthodes de traitement différentes.

Lors du traitement d'un AVC hémorragique dû à une hémorragie cérébrale, on évalue d'abord l'importance de l'hémorragie cérébrale. En cas d'hémorragie cérébrale mineure, il suffit parfois d'éviter les activités qui font monter la pression dans la tête. Les hémorragies cérébrales plus importantes doivent être opérées. L'opération consiste à ouvrir le crâne afin d'évacuer l'hématome et d'arrêter le saignement.

Il existe deux méthodes de traitement possibles pour traiter un accident vasculaire cérébral ischémique. Le principal traitement est la thérapie dite de lyse (également appelée thrombolyse), qui consiste à remédier à l'obstruction des vaisseaux par des médicaments dissolvant les caillots et à maintenir le nombre de cellules nerveuses mortes aussi faible que possible. Les médicaments sont généralement administrés par perfusion.

De nos jours, le caillot de sang est également retiré par une intervention mécanique. Lors de la thrombectomie, un cathéter est introduit dans une artère sous surveillance radiographique jusqu'au caillot, qui est ensuite retiré à l'aide d'instruments très fins.

Le dernier point du traitement est la prévention de nouveaux AVC. Une fois que l'on a déterminé de quel type d'accident vasculaire cérébral il s'agit et ce qui l'a provoqué exactement, des mesures peuvent être prises pour éviter qu'un apoplexie ne se reproduise. Dans le traitement d'un AVC ischémique provoqué par une occlusion vasculaire, on prescrit généralement des médicaments qui fluidifient le sang. Une modification du mode de vie contribue également à la prévention.

Plus d'informations sur la prévention des accidents vasculaires cérébraux.

Rééducation après un accident vasculaire cérébral

Il y a bien sûr des cas où la personne concernée se remet complètement de l'AVC, mais il y a aussi des cas où la personne concernée reste durablement dépendante et où une longue rééducation s'ensuit. Plus la personne concernée est jeune, plus elle a de chances de subir un AVC sans séquelles durables et graves. Cependant, une personne sur deux ayant subi un AVC reste dépendante en raison des séquelles et dans environ deux tiers des cas, la personne concernée subit des dommages physiques.

Une partie importante de la rééducation est la rééducation précoce, qui contribue considérablement au succès. Elle a généralement encore lieu dans les Stroke Units et est dirigée par l'équipe soignante, les ergothérapeutes, les physiothérapeutes et les orthophonistes. Après la rééducation précoce, on évalue si une rééducation et quel type de rééducation est nécessaire pour faire régresser les séquelles ou les symptômes de l'apoplexie.

D'une manière générale, on peut dire que la rééducation se compose de différentes procédures. Les capacités perdues peuvent être réapprises en faisant en sorte que des parties saines du cerveau prennent le relais de celles qui ont été détruites. Le côté touché par l'AVC ne doit en aucun cas s'atrophier et les muscles et les articulations ont besoin d'un exercice régulier pour ne pas régresser et éventuellement même pour pouvoir retrouver leur fonction.

La Bundesarbeitsgemeinschaft (BAR) a établi un modèle de phases (phases A - F) qui permet de diviser la rééducation neurologique en différentes phases :

  • Phase A : phase aiguë à l'hôpital
  • Phase B : Réhabilitation précoce : pour les patients les plus gravement atteints qui ne peuvent pas encore participer activement au traitement
  • Phase C : Poursuite de la rééducation : le patient doit être en mesure de suivre plusieurs séances de thérapie de 30 minutes par jour.
  • Phase D : Traitement de suivi (AHB) : le patient est suffisamment autonome pour effectuer presque toutes ses activités quotidiennes.
  • Phase E : soins postopératoires et réadaptation professionnelle : le patient peut vivre chez lui
  • Phase F : Soins de longue durée de maintien de l'état et d'activation en cas de besoin élevé et persistant de soins (par exemple coma vigile)

De quoi se compose la rééducation ?

Comme mentionné plus haut, la rééducation précoce se compose d'un mélange d'ergothérapie, de physiothérapie, de logopédie et d'entraînement neuropsychologique.

Les ergothérapeutes sont chargés d'aider les patients à se débrouiller au quotidien. Ils aident le patient à vivre de manière aussi autonome que possible malgré les limitations et, en tenant compte de l'environnement et des conditions de logement de la personne concernée, l'ergothérapeute peut par exemple entraîner le patient à l'utilisation de différents moyens auxiliaires. Grâce à cet entraînement, le patient doit, dans la mesure du possible, pouvoir à nouveau effectuer seul le plus grand nombre possible d'activités quotidiennes.

Les physiothérapeutes, quant à eux, entraînent l'appareil locomoteur du patient. Cela comprend la posture, le sens de l'équilibre, le développement musculaire, la coordination et les mouvements, qui sont entraînés par différents traitements et exercices. La physiothérapie tente de corriger les mauvaises postures et les paralysies afin de prévenir les maladies secondaires, comme les douleurs articulaires. Parallèlement, le patient devient plus mobile, plus actif et plus autonome.

Des captures d'écran de la vidéo montrent la rééducation de Dmitri et son entraînement sur les escaliers.
Capture d'écran 2 de la vidéo montrant la rééducation de Dmitri et son entraînement aux escaliers.

Pourquoi choisir TOPRO Step ?

Installation en 3 étapes

Pour effectuer une inspection sur place et recevoir un devis, prenez rendez-vous avec nous. Une fois que vous avez accepté le devis, nous procédons à l'installation, qui ne prend généralement que quelques heures. .

Testé et certifié par le TÜV

TOPRO Step a été testé et certifié par le TÜV et répond à toutes les exigences de fonctionnement et de sécurité.

Adaptable à votre escalier

TOPRO Step est conçu pour s'adapter facilement à votre escalier. Il peut être installé sur des escaliers droits, des escaliers courbes et des escaliers avec paliers.

Plus d'informations sur les possibilités de financement

Renseignez-vous auprès de votre caisse d'assurance maladie sur la possibilité d'une prise en charge des coûts ou d'éventuelles subventions - nous vous aiderons volontiers dans vos démarches. Veuillez noter que ces possibilités sont spécifiques à chaque pays et individuelles.

Jusqu'à 5 ans de garantie

TOPRO Step est synonyme de qualité TOPRO. En achetant un TOPRO Step, vous bénéficiez d'une garantie allant jusqu'à 5 ans.

Plus de 2.000 utilisateurs satisfaits

Nous mesurons notre succès par la satisfaction de nos clients, ce qui est notre priorité absolue. Nous avons déjà plus de 2.000 utilisateurs satisfaits dans toute l'Allemagne.

Choisissez votre TOPRO Step

Configurez votre TOPRO Step - en quelques étapes seulement !

Vous avez des questions ?

N'hésitez pas à nous contacter

Vous souhaitez un conseil gratuit et personnalisé ? Prenez contact avec nos experts TOPRO Step et réservez directement un rendez-vous gratuit et sans engagement à votre domicile.

Nous vous conseillons volontiers

TOPRO Step expert
+33 800 400 443
Lundi - vendredi
08:00 - 16:00 heures.

Nous vous conseillons volontiers

TOPRO Step expert
+33 800 400 443
Lundi - vendredi
08:00 - 16:00 heures.

Vous avez des questions ou vous souhaitez tester le rollateur d'escalier TOPRO Step ?

Nous avons rassemblé toutes les questions fréquemment posées sur la page FAQ.

Vous souhaitez en savoir plus sur la subvention de soins pour le TOPRO Step ?

TOPRO Step

Autres nouvelles

3 conseils pour la sécurité dans les escaliers pour les seniors

Chaque année, environ 600.000 personnes se rendent aux urgences rien qu'en Allemagne suite à des chutes, selon l'Office fédéral des statistiques. Ces chutes peuvent se produire aussi bien dans la sphère privée que dans les bâtiments publics ou à l'extérieur. Les chutes dans les escaliers peuvent avoir des conséquences dramatiques, comme des fractures de la hanche ou du col du fémur. Dans cet article, nous allons examiner différentes options pour rendre la montée des escaliers plus sûre.

Lire la suite

Qu'est-ce que la BPCO exactement ?

La BPCO, une maladie peu connue du grand public, fait pourtant partie des affections pulmonaires les plus fréquentes dans le monde et en Allemagne également. Mais qu'est-ce que la BPCO ou broncho-pneumopathie chronique obstructive ?

Lire la suite

Torstein monte les escaliers avec l'aide à la montée des marches au centre de rééducation de Lamartunet

Au centre de rééducation et de soins pour personnes âgées de Lamarktunet, l'aide à la montée des escaliers a été installée pour une période d'essai d'un an. Torstein Lien a 91 ans et est désormais un peu hésitant sur ses jambes. Mais il a désormais la possibilité de s'entraîner à monter les escaliers de manière autonome. (Ceci est une traduction basée sur un article de Trond K. Johansen, publié à l'origine dans Bladet Vesterålen le 11 juillet 2018).

Lire la suite

Douleurs au genou en montant les escaliers : Que faire ?

De nombreuses personnes, en particulier les seniors, souffrent de douleurs aux genoux en montant les escaliers. Dans cet article, nous allons examiner les causes et les symptômes ainsi que les exercices et les aides utiles. Souvent, à un âge avancé, des maladies des articulations ou de l'arthrose sont à l'origine de douleurs dans le genou. Mais un accident ou une chute peuvent également être à l'origine de douleurs au genou en montant les escaliers.

Lire la suite

Appelez-nous
0 800 900 3456
ou
Nous vous rappelons

Maintenez la touche cmd (Mac) ou ctrl (Windows) enfoncée et appuyez sur +/-.